Atelier d’écriture #11 – Une photo, quelques mots

Après une (très) longue absence, je reviens pour la rentrée des classes (telle une mauvaise élève).

Comme toujours, je participe à l’atelier d’écriture de Leiloona.

Pour la rentrée des classes, je trouve que la photo est très bien choisie. Elle m’a d’ailleurs inspirée les lignes ci-dessous dès que j’ai posé les yeux dessus.

Cette pimpante photo nous vient de Maman Baobab.

 

© Maman Baobab

Le vent soufflait en brise légère en cette fin d’après-midi du mois d’août. Quelquefois, une rafale plus forte faisait crépiter les feuilles des arbres du jardin. Asséchées par l’été caniculaire que nous avions eu cette année-là, elles faisaient un bruit de papier crépon qu’on chiffonne entre nos mains quand nous sommes à la recherche d’une idée créative. Les brins d’herbe se balançait nonchalamment, tels des danseurs, sous le son crépitant du marronnier et des bouleaux.

La chose tournicotait sous mes yeux dans tous les sens. C’est la première fois que je voyais un tel objet. Comme l’herbe et les feuilles, il était soumis aux caprices du vent. Il tournait tantôt dans un sens, tantôt dans l’autre. A la différence de la végétation autour de moi, il était de multiples couleurs qu’on apercevait à peine tant il roulait sur lui-même, les mélangeant n’importe comment.

Lors d’une accalmie du vent, je pus enfin distinguer les détails de cet étrange objet.

Ses couleurs étaient vives et joyeuses. Chaque partie avait une couleur de l’arc-en-ciel. C’est comme s’il était composé d’ailes d’oiseaux tropicaux. Des fleurs imprimées les parsemaient. Je les trouvais assez grossières et simples mais elles ajoutaient une touche de gaieté à l’ensemble.

Les ailes étaient réunies au centre et fixées sur un bâton en bois. Je ne sais duquel mais cela me faisait penser aux tuteurs que Maman plantait dans le jardin pour aider les plants de tomates à pousser droit.

La course folle repris. Cela me rappelait les moulins que j’avais vu par la fenêtre de la voiture quand nous étions partis en vacances. On en voyait plus très souvent me disait Papa. Pour m’occuper, il m’avait demandé de les compter pendant le trajet. J’avais passé plusieurs heures le nez collé à la vitre à chercher et observer la campagne. Au bout de huit heures, j’en avais compté trois. Maigre butin et je suspectais mon père de m’avoir tendu un piège vu ma « haute inclinaison à sans cesse poser des questions en voiture ».

Ca ressemblait à un moulin mais ça allait plus vite. Ca ressemblait à un oiseau, mais ça ne s’envolait pas. Perplexe, je demandais à ma mère comment se nommait cet objet et à quoi il servait.

« C’est un moulin à vent, ma chérie, me dit-elle en souriant.

Ca expliquait pas mal de choses.

– On s’en sert pour égayer le jardin ou les enfants.

Ca ne m’égayait pas particulièrement mais je me suis dit que chez certains de mes congénères, ce déchaînement de couleurs devait produire autant d’effets psychédéliques que le sucre des bonbons absorbés en trop grande quantité. Il n’y avait qu’à voir Charles et ses crayons de couleurs en classe. Il devenait fou à chaque fois que l’heure du coloriage arrivait. Et le résultat ne ressemblait pas à grand-chose.

Le moulin à vent ne provoquait pas chez moi de joie intense mais il m’hypnotisait. La symphonie du vent et des arbres, la danse des brins d’herbe et le mouvement rotatif de ces couleurs pimpantes me figeaient dans un état second. J’étais bien, j’admirais, les sens en éveil sur la terrasse en bois ensoleillée qui me réchauffait.

Je découvrais la contemplation.

Publicités

6 réflexions sur “Atelier d’écriture #11 – Une photo, quelques mots

  1. Agréable à lire. Charles et son coloriage me rappelle que chez certains, c’est le processus de réalisation qui apporte satisfaction et que le résultat est secondaire. Chez d’autres, peu importe le moyen, c’est le résultat qui compte.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s