Atelier d’écriture #8 – Une photo, quelques mots

Bonjour à tous !

J’espère que vous avez passé un excellent weekend de Pâques ! Pour ma part, je suis retournée en Normandie, où le beau temps a été au rendez-vous. Sorties en famille, chasse aux oeufs, et repos : voilà ce qui explique mon court texte.

Voici une nouvelle participation à l’atelier d’écriture de Leiloona.

 

 

© Leiloona

© Leiloona

 

J’observe cette grande place de loin. La roue tourne, avale les visiteurs et les recrache. Là où certains y voient de l’amusement, mon esprit ne discerne qu’une triste mascarade.

La ville est comme une fourmilière. Mais en beaucoup plus polluée. Les temps ont bien changés. Les hommes ont toujours été avides de puissance, de richesse. Tournés vers eux-mêmes, ils ne sauraient apprécier les beautés de la Nature ou les enseignements du passé.

Je reste figée. L’arbre au-dessus de moi m’accompagne encore et toujours, poursuivant son immuable cycle. C’est l’automne, il m’offre ses lampions qui n’éclairent pas mais qui m’offre un décor poétique. J’aime à me poster auprès de cette statue.

Je préfère de loin admirer son drapé de granit ou sa couronne ciselée, plutôt que de me mêler à la foule. Je me demande combien d’époques ils ont traversé, elle et son arbre ? L’Homme a-t-il toujours été ainsi ? J’ai l’impression que personne ne prête attention au moment. Cet instant où vous touchez une pierre, ou bien celui où vous posez votre pied sur le sol. Celui-là même où vous vous demandez : « Combien ont déjà posé leur pied ici ? »

C’est pourquoi j’aime les « antiquités » et les « vieilleries ». Elles ont un passé, il y a quelque chose à découvrir, à s’imaginer, à fabuler même. Si j’étais dans cette grande roue, par exemple, la seule chose qui me viendrait à l’esprit serait de deviner le nombre de chewing-gums collés sous la banquette qui me sert de siège.

Je n’ai plus envie de me mêler à mes congénères. Je rentre, au chaud, dans mon monde.

Publicités

12 réflexions sur “Atelier d’écriture #8 – Une photo, quelques mots

  1. L’imagination au pouvoir ! le nombre de chewing-gum j’avoue que je n’y ai jamais pensé, mais l’histoire des choses anciennes, des maisons, si, sans arrêt, nous devons être plusieurs dans ton monde !
    Bises

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s